Aller au menu Aller au contenu
Science et ingénierie des matériaux et des procédés

> SIMAP_Groupes > SIMAP_TOP

Procédés d'élaboration gaz/solide

Dépôt chimique haute température (HTCVD) en milieu chloré

Le groupe TOP a acquis une grande expérience du dépôt en couche mince par voie chimique à haute température. L’originalité est de travailler en milieu chloré afin de bénéficier de la réactivité importante des précurseurs. Les études menées sont essentiellement centrées sur des nitrures métalliques et non-métalliques.
Les activités de recherche sont développées dans plusieurs directions, notamment sur des dépôts épitaxiés d’AlN et de BN pour l’optoélectronique (Collaboration société ACERDE), sur l'élaboration de NbN supraconducteur (Projet européen EUCARD 2), sur l’élaboration de céramiques « type métal » par voie chimique (Projet AGIR2014, collaboration LMPG) et de phases MAX sur une base TiAlN.
Le dépôt en couches épaisses est également développé (Projet EPISOL CARNOT, EdF et GRAVIT en collaboration avec l’équipe EPM/SIMaP, et le LMGP). Ce projet vise à réaliser des cellules solaires à coût réduit mais à rendement plus élevé que les cellules de type couches minces.         (Vues de la plateforme PREMS)

Dépôts de couches atomiques (ALD)

Nos activités de recherche ALD consistent à élaborer des couches ultra-minces et d’épaisseur constante. Nous avons mis en place une méthodologie basée sur la thermodynamique des précurseurs.
Nos activités portent sur les couches d'oxydes, de métaux et de nitrures.
Notre objectif est de fabriquer de nouvelles architectures pour le solaire 3D ou pour la microélectronique. (Plus)
 

Nanomatériaux pour stockage et transport d’hydrogène

Le stockage et transport d’hydrogène dans les hydrures métalliques sont intéressants pour réduire la pollution urbaine et les gaz à effet de serre. L’hydruration de Mg serait proche d’une possible mise en application si la température de désorption pouvait être sensiblement réduite de la gamme de 350-400°C. Ces recherches ont permis de mettre au point des nanocomposites de MgH2 contenant quelques %FeF3 qui ont montré des performances supérieures à tous les composites développés par nos partenaires. Nous avons réduit les températures de sorption d’hydrogène dans MgH2 par l’addition d’une dispersion nanométrique du verre métallique TiNi comme nouveau catalyseur. Le chargement en hydrogène et le déchargement sont complets à 260 C, ce qui représente une amélioration considérable (Projet européen « COSY », projet franco-brésilien financé par FAPESP et CNPQ).

mise à jour le 21 septembre 2017

Personnel non permanent

Post-Doctorants

  • G. Giusti
  • N. Panagiotopoulos
  • N. Tsavdaris
  • M. A. Yousfi

Doctorants

  • D. Barsuk
  • M. Benz
  • O. Ivanova
  • J. Ferrand
  • Y.F. Guo

Stagiaires

  • I. Rebai

Visiteurs

  • K. Georgarakis
  • Min Zhang
  • A. Moreina Jorge

Autre thème de recherche de TOP

Modélisation       ?

Univ. Grenoble Alpes